Fumer, cette action sociale qui coûte cher aux entreprises

jeudi, novembre 2, 2017 @ 05:11
Patrick

Il y a quelques années, on pouvait encore fumer à la machine à café, avec les non fumeurs. Une pause clope pouvait être prise en même temps qu’une simple pause, comme le faisaient les non fumeurs.

Afin de protéger les non fumeurs (et les anciens toxicomanes de la clope), le législateur a décidé un peu partout dans le monde dont en France que les fumeurs ne devaient plus intoxiquer ceux qui ne le veulent pas. Les pauses clopes, quand elles sont autorisées, se passent dans une pièce ventilée spécialement aménagée à cet effet ou dehors. En général devant l’entrée des immeubles et des magasins histoire de faire un sas de fumée pour quand même empester les non fumeurs.

Le hic, c’est que ces pauses fréquentes dans la journée ne se font plus à proximité du poste de travail et que par conséquent un fumeur travaille moins qu’un non fumeur pour le même temps de travail officiel. Les non fumeurs font moins de pauses que leurs collègues.

Une certaine grogne commence à se propager dans les entreprises. C’est au Japon qu’une entreprise de 120 salariés dont plus du tiers fument a lancé un programme d’incitation à l’arrêt de la cigarette.

Plutôt que de pénaliser les fumeurs, les dirigeants de l’entreprises ont voulu encourager le personnel à ne pas fumer en offrant 6 jours de congés de plus par an. C’est à mon sens une bonne idée pour marquer les esprits, mais en guise de prévention du tabagisme je suis plus circonspect.

Ceci dit, ça a l’air de fonctionner puisque certains salariés auraient décidé d’arrêter de fumer grâce à cet avantage en nature.

Alors, en France, qui lancera les avantages aux non fumeurs, non drogués, non spectateurs de certaines émissions de télé durant leurs heures de travail ?

C’est parti pour le mois sans tabac.

mercredi, novembre 1, 2017 @ 01:11
Patrick

Alors, vous en êtes ? Vous avez décidé de décrocher de cette merde qui vous empoisonne ? Le mois sans tabac c’est l’occasion d’arrêter de fumer en groupe, avec des milliers d’autres personnes.

Faites la route accompagné. Rejoignez les futurs anciens fumeurs !

Pour arrêter de fumer ne prenez pas votre prochaine cigarette.

samedi, octobre 28, 2017 @ 02:10
Patrick

La méthode la plus efficace pour arrêter de fumer reste aussi la plus compliquée à suivre au départ : ne pas prendre la cigarette dont on a envie… et ne pas compenser en prenant autre chose à la place.

Forcément, vous vous dites que je veux vous enfumer. Pourtant c’est finalement la méthode qui a marché pour moi et nombre d’autres anciens fumeurs.

Ne pas prendre la cigarette que l’on s’apprête à prendre. Garder quand même un paquet à disposition. Ne pas en racheter. Ne pas en « emprunter » à quelqu’un d’autre.

Juste arrêter de fumer.

On sait tous que fumer tue après avoir rendu malade durant de longues années.

On sait tous que fumer pue et fait du mal à notre entourage.

On sait tous que les cigarettes sont des poisons et nous détruisent lentement de l’intérieur mais aussi de l’extérieur.

On sait tous que fumer, en fait, ce n’est ni un besoin ni une envie, mais une fuite en avant. Un palliatif contre l’ennui, la morosité du quotidien, l’envie de s’évader, un anesthésiant pour le cerveau et un comblage de la vacuité de nos vie. C’est aussi une mauvaise excuse pour faire une pause au travail, sortir pour s’en griller une plutôt que faire un truc qui nous saoule à longueur de journée.

On sait tous que l’on fume moins lorsqu’on a une journée motivante où on ne voit pas le temps passer, quand on s’amuse vraiment et qu’on n’est pas entouré d’autres fumeurs.

Alors pourquoi fume-t-on ? Pourquoi cette prochaine cigarette nous nargue-t-elle ?

Tout simplement parce que c’est de la drogue et que comme toute drogue la cigarette nous fait croire qu’elle nous fait du bien (ce qui est le cas sur le moment à cause de la nicotine), mais le manque se fait ressentir quelques minutes à peine après la dernière taffe.

Pour arrêter de fumer, il suffit d’arrêter de fumer.

Le décider. S’y tenir. Avoir bien en tête que la clope ne sert à rien dans nos vie et que l’on peut occuper nos mains et nos temps de pause d’une autre façon.

Plutôt que d’aller fumer dehors, sortez faire une pause de cinq minute à regarder le ciel. Laissez libre court à votre imagination. Méditez au chaud dans votre bureau ou en salle de pause.

Plutôt que de prendre une clope, buvez un verre d’eau, gorgée par gorgée, en prenant du temps, en mâchant l’eau dans votre bouche et en ayant en tête que cela vous fait du bien. Que l’eau est essentielle à la vie. Que l’eau vous donne de l’énergie et du bien-être.

Plutôt que de prendre une clope, mangez un fruit : une pomme ne fait pas grossir et permet d’éviter le grignotage. On peut en abuser sans risque pour la santé (à condition de les nettoyer ou éplucher avant de les manger pour éviter les pesticides accumulés par leur peau).

Pour arrêter de fumer, il vous faut un gros effort de volonté, mais vous verrez qu’après seulement quelques jours ce « non, je n’en veux pas, je n’en ai pas besoin, la cigarette me rend malade » vous aidera si vous vous le répétez à chaque fois que vous lorgnez sur votre paquet de clopes ou le réflexe de vouloir en prendre une.

Votre esprit en sortira vainqueur rapidement. Le manque pourra se faire sentir quelques jours ou semaines selon combien vous en fumiez chaque jour, mais une fois cette phase passée vous vous sentirez toujours mieux.

Combattre son propre tabagisme est une épreuve. Voyez cela comme un challenge et un objectif à atteindre pour vous-mêmes et pour votre entourage.

Et si vous craignez de ne pas y arriver seul, faites le à plusieurs. Un challenge de groupe permet d’en discuter, d’affronter les difficultés ensemble, de partager ces petits trucs qui permettent de lutter contre le tabac. Un challenge de groupe c’est aussi une façon de se stimuler.

Participez à l’opération « mois sans tabac » dès le 1er novembre et refusez que la cigarette ne continue à vous tuer.

Novembre : le mois sans tabac

vendredi, octobre 27, 2017 @ 03:10
Patrick

Ferez-vous partie des nombreux fumeurs, qui comme l’an dernier, ont profité de la campagne nationale française de lutte contre le tabac ?

Le challenge est simple : à partir du 1er novembre, plus de clope autorisée. Un mois sans tabac afin d’éliminer complètement la cigarette de nos vies.

Pour y parvenir, vous n’êtes pas lâchés dans la nature mais aidés par Tabac Info Service et soutenu par les autres futurs anciens fumeurs qui sautent le pas avec vous.

Alors en novembre, rendez-vous un énorme service : arrêter de fumer !

En novembre on arrête ensemble… alors rejoignez le mouvement sur le site de l’événement.

C’est acté : les députés ont voté les augmentations suivantes des prix du paquet de cigarettes.

D’ici 2020 les paquets de clopes seront donc aux alentours de 10 euros :

  • 1 euro en mars 2018
  • 1 euro en deux fois en 2019
  • 1 euro en deux fois 50 centimes en 2020

Pour les fumeurs ayant résisté jusque là, cela coûtera donc 3 euros de plus en 2020 pour faire un jour partie des 200 morts quotidiens des suites des maladies causées par la consommation des cigarettes.

Le hic, c’est que cet argent ne servira pas pour leurs obsèques, mais plutôt pour compenser en partie l’augmentation des frais de santé qu’ils génèrent chaque années.

Le tabac tue. Les fumeurs le savent. Pourquoi continuent-ils ? Il y a tant de méthodes pour arrêter de fumer en douceur (ou pas) sans avoir d’effets secondaires !

La Thaïlande en a assez de la pollution liée aux fumeurs

jeudi, octobre 12, 2017 @ 11:10
Patrick

Les mégots de cigarettes sont l’un des pires polluants dispersés par l’homme (et la femme) dans la nature. Polluant pour l’eau, pour les animaux, pour l’environnement, et tout ça durablement.

Quand les humains ne respectent pas leur environnement ça fait mal et les fumeurs sont un bon exemple.

Combien de fumeurs n’écrasent pas leur cigarette et ne la jettent pas dans un cendrier ou une poubelle prévue à cet effet ? Aucune statistique là dessus, mais quand on se promène en ville, à la campagne ou même à la plage, on constate très facilement qu’il y en a trop qui se foutent des poissons qu’ils laissent derrière eux.

Face à la pollution de ses côtes, l’empoisonnement de la faune marine et ^de sa population, la Thaïlande a décidé d’agir.

Il y sera désormais interdit de fumer sur un certain nombre de plages « touristiques » sous peine d’emprisonnement et d’amende.

A quand le même genre de décisions (et leur application) partout dans le monde ?

Les mégots de cigarettes : l’un des polluants les plus dangereux

samedi, septembre 23, 2017 @ 02:09
Patrick

On ne le répétera jamais assez : jeter un mégot par terre c’est des centaines d’eau polluée durant les deux ans que prend sa décomposition.

tour à mégots de cigarettes

Si vous fumez, apprenez à jeter vos mégots éteints dans un cendrier ou dans une poubelle prévue à cet effet… et les cendriers de voiture dans des poubelles, pas dans le caniveau !

Et tant qu’à faire, pour arrêter de polluer, de vous ruiner, et de vous empoisonner, le mieux reste encore d’arrêter de fumer

L’avenir du buraliste passe par la diversification

vendredi, septembre 1, 2017 @ 02:09
Patrick

Le tabac est bien parti pour augmenter encore et encore afin de limiter les envies de commencer à fumer, d’inciter les fumeurs à restreindre leur consommation (ou acheter à l’étranger) et à payer pour le coût croissant lié aux méfaits de la consommation du tabac.

Les gouvernements ont bien conscience que beaucoup de monde dépendent de la vente, distribution et fabrication de ces poisons. Ils tentent de trouver des solutions.

En France, l’idée est d’offrir une « prime à la diversification » à certains buralistes potentiellement touchés par la concurrence.

Les critères d’attribution sont très simples à atteindre pour l’obtenir sous conditions financières et géographiques.

Le principe va donc être d’offrir 2000 euros par an pendant 5 ans aux buralistes jouant le jeu.

C’est pas grand chose mais c’est une approche intéressante. J’aurais préféré une prime à l’arrêt de la vente de tabac ou une subvention à la fourniture de prestations et vente de produits permettant de limiter le tabagisme, mais on n’en est pas encore là.

En tout cas c’est une idée qui est à creuser.

Le 23 août 2017, près d’Annecy, les pompiers ont du intervenir sur un accident de la route : une voiture en train de brûler, sa conductrice de 41 ans grièvement blessée.

Ce drame aurait pu être évité si la conductrice avait suivi ses cours de physique au lycée, notamment les passages sur la mécanique des fluides et l’aérodynamisme.

Ce drame aurait pu être évité si la conductrice n’avait pas agit comme d’autres conducteurs qui chaque année provoquent des incendies de forêts et détruisent des centaines d’hectares en mettant en danger les pompiers, les riverains, des écosystèmes et l’humanité toute entière !

Ce drame aurait pu être évité si la conductrice n’avait pas connement balancé son mégot par la fenêtre en roulant, sans l’avoir éteint, et avec la fenêtre arrière également ouverte.

Ce drame aurait pu être évité si la conductrice avait respecté les consignes de base de sécurité : on ne fume pas en conduisant, on ne jette pas un mégot par la fenêtre, on utilise un cendrier de bord que l’on jette dans une poubelle après s’être assuré que les mégots et cendres ne sont plus incandescents !

Ce drame n’aurait pas pu être évité si la conductrice avait été un conducteur : mêmes causes, mêmes conséquences. La bêtise n’est pas sexiste contrairement à nombre de commentateurs de ce fait divers sur les réseaux sociaux.

Ce drame aurait enfin pu être évité si la conductrice ne fumait pas !

Quand vous conduisez, respectez les autres usagers de la route et ce qui vous entoure : ne jetez pas de mégot par la fenêtre, ne fumez pas en conduisant, ne jetez pas vos détritus n’importe où.

Soyez un peu plus respectueux de vous-mêmes et des autres, n’agissez pas comme un humain stupide bien trop représentatif de l’espèce ! Les animaux ne font pas ce genre de choses, ils sont bien plus propres que nous… Ils ne saccagent pas ce qu’ils approchent, contrairement aux fumeurs balançant leurs mégots à terre où qu’ils soient sans se préoccuper des conséquences.

Certains diront que je jubile, après tout c’est bien fait pour cette conductrice, mais ce n’est pas le cas. Ce drame aurait pu être évité et seule la conductrice en est la cause. Les fabricants, producteurs, distributeurs de tabac ont leur part de responsabilité, comme toujours, mais ce n’est pas eux qui conduisaient ce véhicule en balançant un mégot par la vitre ouverte !

Prenez soin de vous et de vos proches : arrêtez de fumer. Ca rend certains stupides par des réflexes conditionnés.

Passeriez-vous une semaine en Suède ou en Grèce ?

mercredi, août 23, 2017 @ 02:08
Patrick

Cela vous est-il arrivé d’avoir envie de voyager ? De passer des vacances à l’étranger ? De visiter des capitales européennes ou ailleurs ?

Cela vous est-il arrivé de vous demander comment financer ces voyages ?

Vous fumez ? Vous avez la réponse à cette question !

Prenons un cas malheureusement classique : un fumeur fumant 1 paquet de cigarettes par jour à 7 euros. Le passage à 10 euros se rapprochant d’ailleurs de semaines en semaines.

En un mois, c’est 210 euros qui s’envolent en fumée au lieu d’être utilisés pour se faire vraiment plaisir et décompresser.

Avec 210 euros, c’est un week-end dans un parc d’attractions seul ou à plusieurs. Disneyland Paris, le parc Astérix, le Futoroscope et tant d’autres vous accueilleraient pourtant avec grand plaisir ! Pour cela il suffirait de ne pas fumer pendant un mois.

Pour vraiment voyager, mettons pour une semaine en Grèce dans un hôtel 4 étoiles en pleine saison, il vous suffirait d’arrêter de fumer pendant deux mois. Oui, seulement 2 mois sans clope !
Pour aller en Suède c’est pareil.

Et franchement, si vous arrêtez de fumer un mois ou deux pour vous payer de vraies vacances et déconnecter complètement de votre quotidien, c’est que vous pouvez arrêter de fumer complètement et définitivement !

Un pote m’a demandé hier pourquoi je ne voyageais pas plus, moi qui ne fume pas…
Un peu vicieux cet homme, mais je comprends la question sous-jacente et ses arguments non dits.
Ma réponse est simple : je ne mets pas 7 euros de côté chaque jour alors qu’un fumeur pourrait très bien le faire au moment de se payer un paquet de clopes.

D’ailleurs il faudra que je m’y remette à garder de l’argent de côté comme faire un retrait hebdomadaire de 20 ou 30 euros et conserver ce qu’il reste pour un usage plus important que les dépenses du quotidien, mettre 10% de mes revenus sur un livret d’épargne pour m’en servir de temps en temps sur de gros achats, … Se constituer des réserves est une bonne chose mais là n’est pas la question ici.

Les fumeurs ont déjà cette réserve d’argent. Ils ne la voient pas et plutôt que de l’utiliser pour se faire plaisir, ils la brûlent chaque jour en fuyant la réalité de la vie comme tout drogué qu’ils sont.

Arrêter de fumer n’est pas aussi difficile qu’on le fait croire. Il faut le décider et se rappeler de cette décision à chaque fois que notre corps ou nos habitudes réclament notre dose de poison. De nombreuses techniques viennent en support, mais la principale, c’est de choisir de ne plus se détruire.

Faites le bon choix pour vous et vos proches : cessez de vous empoisonner !