Pour arrêter de fumer ne prenez pas votre prochaine cigarette.

samedi, octobre 28, 2017 @ 02:10
Patrick

La méthode la plus efficace pour arrêter de fumer reste aussi la plus compliquée à suivre au départ : ne pas prendre la cigarette dont on a envie… et ne pas compenser en prenant autre chose à la place.

Forcément, vous vous dites que je veux vous enfumer. Pourtant c’est finalement la méthode qui a marché pour moi et nombre d’autres anciens fumeurs.

Ne pas prendre la cigarette que l’on s’apprête à prendre. Garder quand même un paquet à disposition. Ne pas en racheter. Ne pas en « emprunter » à quelqu’un d’autre.

Juste arrêter de fumer.

On sait tous que fumer tue après avoir rendu malade durant de longues années.

On sait tous que fumer pue et fait du mal à notre entourage.

On sait tous que les cigarettes sont des poisons et nous détruisent lentement de l’intérieur mais aussi de l’extérieur.

On sait tous que fumer, en fait, ce n’est ni un besoin ni une envie, mais une fuite en avant. Un palliatif contre l’ennui, la morosité du quotidien, l’envie de s’évader, un anesthésiant pour le cerveau et un comblage de la vacuité de nos vie. C’est aussi une mauvaise excuse pour faire une pause au travail, sortir pour s’en griller une plutôt que faire un truc qui nous saoule à longueur de journée.

On sait tous que l’on fume moins lorsqu’on a une journée motivante où on ne voit pas le temps passer, quand on s’amuse vraiment et qu’on n’est pas entouré d’autres fumeurs.

Alors pourquoi fume-t-on ? Pourquoi cette prochaine cigarette nous nargue-t-elle ?

Tout simplement parce que c’est de la drogue et que comme toute drogue la cigarette nous fait croire qu’elle nous fait du bien (ce qui est le cas sur le moment à cause de la nicotine), mais le manque se fait ressentir quelques minutes à peine après la dernière taffe.

Pour arrêter de fumer, il suffit d’arrêter de fumer.

Le décider. S’y tenir. Avoir bien en tête que la clope ne sert à rien dans nos vie et que l’on peut occuper nos mains et nos temps de pause d’une autre façon.

Plutôt que d’aller fumer dehors, sortez faire une pause de cinq minute à regarder le ciel. Laissez libre court à votre imagination. Méditez au chaud dans votre bureau ou en salle de pause.

Plutôt que de prendre une clope, buvez un verre d’eau, gorgée par gorgée, en prenant du temps, en mâchant l’eau dans votre bouche et en ayant en tête que cela vous fait du bien. Que l’eau est essentielle à la vie. Que l’eau vous donne de l’énergie et du bien-être.

Plutôt que de prendre une clope, mangez un fruit : une pomme ne fait pas grossir et permet d’éviter le grignotage. On peut en abuser sans risque pour la santé (à condition de les nettoyer ou éplucher avant de les manger pour éviter les pesticides accumulés par leur peau).

Pour arrêter de fumer, il vous faut un gros effort de volonté, mais vous verrez qu’après seulement quelques jours ce « non, je n’en veux pas, je n’en ai pas besoin, la cigarette me rend malade » vous aidera si vous vous le répétez à chaque fois que vous lorgnez sur votre paquet de clopes ou le réflexe de vouloir en prendre une.

Votre esprit en sortira vainqueur rapidement. Le manque pourra se faire sentir quelques jours ou semaines selon combien vous en fumiez chaque jour, mais une fois cette phase passée vous vous sentirez toujours mieux.

Combattre son propre tabagisme est une épreuve. Voyez cela comme un challenge et un objectif à atteindre pour vous-mêmes et pour votre entourage.

Et si vous craignez de ne pas y arriver seul, faites le à plusieurs. Un challenge de groupe permet d’en discuter, d’affronter les difficultés ensemble, de partager ces petits trucs qui permettent de lutter contre le tabac. Un challenge de groupe c’est aussi une façon de se stimuler.

Participez à l’opération « mois sans tabac » dès le 1er novembre et refusez que la cigarette ne continue à vous tuer.

Leave a Reply