Archive for the ‘Témoignages de non fumeurs’ Category

Alain a arrêté après 20 ans de tabagisme sans aucun patch.

vendredi, janvier 29, 2016 @ 10:01
Patrick

Suite à l’un de mes mailings promotionnels pour une méthode d’arrêt du tabac, Alain m’a proposé son témoignage comme ancien fumeur, sevré sans aide extérieure.

Après 20 ans de tabagisme, il a décidé d’arrêter sur un déclic, par sa seule volonté et un peu d’organisation.

La volonté peut faire bien des merveilles… et a aussi été mon remède lorsque j’ai arrêté.

Je vous laisse découvrir la méthode employée par Alain et le remercie de l’avoir partagée avec nous.


 

Bonjour. Et, puisque vous le désirez, je vais, tout en étant peut-être un peu long, vous exposer pourquoi et comment j’ai arrêté de fumer.

En 1977, âgé de 38 ans,  j’exerçais une profession juridique sous le vocable d’avocat dans une petite ville de Province. A ce titre j’étais sollicité par plusieurs associations. L’une d’elle, un collège,  me choisit pour son président (bénévole). J’étais accroc à la cigarette depuis 20 ans déjà, fumant environ 25 de celles-ci par jour, lorsque le conseil de direction me pria de diriger une conférence contre la drogue. Vous devez savoir qu’à l’époque, c’était la mode. On ne choisissait pas forcément un professionnel pour cela. Avant de donner une réponse affirmative, je me suis demandé si j’étais réellement habilité à le faire. Allais-je arriver à la tribune une cigarette à la main pour critiquer une autre addiction que la mienne ? Je suis trop honnête pour faire cela. Aussi, sans aucun autre motif, je pris la décision d’en terminer avec le tabac, et ce, uniquement par l’effet de ma propre volonté, laquelle ne m’a jamais fait défaut dans la vie.

Je savais que le corps, à  recevoir ce poison, fabriquait des anticorps et que le sevrage soudain allait provoquer un déséquilibre. Il fallait donc habituer peu à peu le corps à réduire la fabrication de ces anticorps. Le sevrage brutal pouvait rompre l’équilibre et provoquer une situation de crise. Je savais qu’il a deux types de cigarettes qui se fument : les indispensables, attendues par les anticorps, et les autres qui sont le résultat du réflexe, en mettant les mains dans ses poches, d’y toucher le paquet et le briquet.

Mes bureaux étaient au rez-de-chaussée de mon immeuble. Je pris donc la décision de laisser un paquet entier un étage au-dessus, tel que d’un seul coup j’allais être débarrassé des cigarettes réflexe, celles qui ne sont pas indispensables parce qu’elles ne sont pas réclamées par l’organisme.

Chaque fois que je ressentais le besoin de fumer, je montais prendre une cigarette. Résultat : Le premier jour, en fumant ma dernière cigarette de la journée, bien sûre dans mon lit…, un peu plus haut, il me restait dans le paquet 7 cigarettes. J’avais donc fumé, en ce premier jour de sevrage 13 cigarettes.

Je pris la ferme résolution de désaccoutumer peu à peu mon organisme, en fumant, la première semaine de sevrage, chaque jour 13 cigarettes. Bien entendu je me fis un programme avec les heures de prise.  La seconde semaine, je réduisis à 12 cigarettes, et ainsi de suite, une de moins pour les 7 jours suivants, modifiant mon programme. Au bout de 10 semaines, j’en étais encore (je pourrais dire seulement) à 3 par jour. Mon programme : 1 au moment du café du matin, la seconde après le déjeuner et la troisième le soir dans mon lit… Quand  j’en vins à 2, je supprimai celle du matin. La dernière semaine je ne gardai que celle de la chambre à coucher… Et le septième jour je me brulai les doigts avec mon dernier mégot !

En exactement 3 mois, et sans le support de quoique ce soit, ni l’aide de personne, je me suis totalement désintoxiqué. Je n’ai jamais rechuté et, depuis plusieurs années, je ne supporte plus l’odeur de la fumée de cigarette, ni même l’odeur des fumeurs et de leurs habits. Je me demande comment j’ai pu, pendant 20 ans, incommoder tant de personnes avec mes cigarettes et ma mauvaise odeur.

Depuis 39 ans je sui guéri et j’ai fait des émules autour de moi. En 2017,  j’aurai 78 ans et nous fêterons ensembles mes 40 années de désintoxication, parce qu’il ne faut pas s’y tromper, la cigarette est la première drogue consommée dans le monde. J’ai beaucoup voyagé : Il y a des pays où il est totalement interdit de fumer hors de chez soi et où jusque là il est prohibé d’exposer son entourage à ce poison. Il faudra bien qu’un jour, au niveau mondial, la sournoise cigarette soit prohibée au même titre que la cocaïne.

J’espère que mon article vous aidera dans votre projet. J’accepterai avec plaisir vos commentaires.

Cordialement.

Depuis le Venezuela, Dr. Alain Soulard, Abg.


 

Et maintenant c’est à votre tour…