Archive for juin, 2016

Je l’ai déjà dit à plusieurs reprises sur ce blog : pour moi la ecig en tant que remplaçant de la cigarette sur le long terme est une connerie monumentale et sera la cause d’un grand nombre de maladies respiratoires.

Forcément les défenseurs de la cigarette électronique sortent des chiffres disant que c’est sans danger par rapport à la cigarette. Bizarrement c’est toujours en comparant la cigarette électronique au tabac que tout le monde (fumeurs inclus) considère comme un poison. Et quand on creuse un peu ils ont tous un intérêt financier (ou d’image) dans l’histoire, comme les défenseurs de la clope en leur temps.

Ce que les défenseurs de la ecig oublient, c’est que la cigarette électronique en soit n’est rien sans les e-liquides très variés (trop sans doute) qui ont déferlé sur le monde.

On se fout de moi quand je dis que je trouve ridicule de vouloir vapoter de la tarte tatin (ça marche aussi pour la fraise, le citron, les pétales de rose, la lavande, le « grand air marin » aka déo pour les chiottes, …), mais franchement, quel intérêt ?
A quoi servent ces arômes si ce n’est à rendre sexy un truc qui contient en général de la nicotine, nocive pour la santé ? Nicotine camouflée au regard de tous mais ayant un effet certain sur les vapoteurs et ceux qui les entourent, comme c’est le cas pour les fumeurs et leur entourage !

Arrêtons le délire sur la cigarette électronique comme arme idéale pour l’arrêt du tabagisme !

C’est un produit commercial qui a son succès auprès du public et qui rapporte des millions à ses fabricants (pour la plupart appartenant désormais aux mêmes entreprises qui nous tuent depuis des dizaines d’années avec les clopes) et fait vivre des dizaines de milliers de personnes dans le monde.

C’est une industrie florissante, à la mode, qui a permis à de nombreuses personnes d’ouvrir leur boutique de vente de liquides pour cigarettes électroniques, de se faire parfois des couilles en or et de fermer boutique après un an ou deux quand ils s’aperçoivent qu’il y a des charges à payer et que la concurrence est rude aussi sur ce marché, parce que mine de rien ça se vend bien sur Internet ou dans des automates.

Parce que oui, la cigarette électronique c’est un marché. Rien de plus qu’un marché. Un marché comme beaucoup d’autres qui se fait au détriment du bon sens et de la santé publique.

Alors que ce soit clair une fois pour toutes : la cigarette électronique permet d’arrêter de fumer en remplaçant la cigarette par des produits à vapoter contenant de la nicotine, mais ça ne serait une arme contre le tabagisme que si les utilisateurs ne se contentaient pas de remplacer l’un par l’autre et de rester sur des liquides à la nicotine. Mais ça, bizarrement, personne n’ose l’affirmer clairement chez les défenseurs de ces produits.

On oublie aussi bien trop souvent l’entourage des vapoteurs, comme on se foutait de la gueule des fumeurs passifs, atteints des mêmes maux que les fumeurs…

Alors oui, quand vous vapotez on le sent très bien à côté de vous et dans la même pièce ou même sur un quai de gare, de métro ou de RER… et si vous nous faites profiter de vos goûts en matière de vapotage, nous profitons également des saloperies que vous diffusez dans l’air, nicotine en tête.

Je revendique le droit de ne pas être drogué à mon insu. De ne pas subir les effets de la nicotine alors que j’ai arrêté d’en prendre il y a des années en même temps que j’ai arrêté de me taper deux paquets de clopes par nuit de « débauche » en boite de nuit !

Je revendique aussi pour les inconscients vapoteurs le droit de leur rappeler que notre organisme n’est pas plus fait pour avaler de la fumée que de la vapeur avec des produits chimiques.

On reconnaît à la cigarette électronique des vertus médicales car l’absorption des produits vapotée est plus rapide et permettra à l’avenir de pouvoir absorber des médicaments. C’est ce point positif qui causera la perte de ses consommateurs réguliers comme palliatif au tabac.

Je l’ai dit plusieurs fois ces dernières années, je suis certain que des maladies respiratoires vont arriver à cause de la cigarette électronique, il semblerait que l’on n’ait pas si longtemps à attendre d’après les résultats d’enquêtes récentes (même si le panel de cobayes est quand même très faible et qu’une étude sur plusieurs milliers ou dizaines de milliers de personnes, étalée sur plusieurs années, serait préférable).

Alors franchement, quand vous vous posez la question d’un choix de solution pour arrêter de fumer, réfléchissez à toutes les options et choisissez celle qui ne vous coûtera pas aussi des centaines d’euros par an après. Une que vous ne tenterez peut-être (ou pas) d’arrêter avec les mêmes difficultés que vous aviez avec la clope, car ne l’oublions pas : c’est la nicotine qui rend accroc, pas les poisons multiples présents dans le tabac !

Sur le long terme, remplacer le tabac par du vapotage n’a aucun intérêt. Ca limitera les risques cancers de la gorge ou des poumons, mais vous serez toujours drogué à un truc qui coûte cher, est dangereux pour les enfants (qui aiment bien les recharges d’e-liquide) et pour vos voies respiratoires. Et apparemment nocif aussi pour le système immunitaire.

Je ne vous dis pas de choisir absolument la solution par le subliminal dont je fais la promotion et qui est la seule à être remboursée en cas d’échec. Il y a des tas de méthodes pour arrêter de fumer. J’ai personnellement réussi sans assistance extérieure après plusieurs tentatives (mais ce fut très dur et j’en ai ressenti les effets négatifs régulièrement durant des années dans des soirées avec des fumeurs).

Chacun a sa technique préférée ou plus efficace. Les tabacologues et vos médecins traitants (généralistes, allergologues ou pneumologues) sont aussi là pour vous guider dans ce choix.

Ne prenez pas la cigarette électronique parce que tout le monde le fait, c’est un mauvais calcul. Si vous devez utiliser l’ecig pour arrêter de fumer, faites le en décidant effectivement que ça vous permettra d’éliminer la dépendance à la nicotine en baissant le dosage et surtout que vous l’arrêterez une fois que vous n’en aurez plus besoin. Si vous l’utilisez pour remplacer la cigarette, vous ne réglerez pas le problème: vous changerez juste d’habitude nocive.

Et à mes détracteurs habituels sur Twitter ou ailleurs qui se feront un plaisir de m’insulter, de dénigrer mes propos ou me sortir des contres études comme ils le font à chaque fois, je vous en prie, faites vous plaisir et faites donc la promotion du lien vers cette page.
Aucun de vos arguments ne pourra jamais me convaincre que vous avez raison de promouvoir la cigarette électronique comme vous le faites, comme le faisaient les fabricants de tabac il y a 60 ans, comme le font les géants de l’agroalimentaire pour certains produits trafiqués et comme le font les Syngenca, Monsanto, Bayer ou Dow.

Déplacer le problème ne sera jamais le solutionner.