Archive for mars, 2014

Si vous avez tiré votre première taffe, que vous ayez continué à fumer après ou que ça n’ait été que pour un test, vous savez que la première clope n’est jamais bonne.

D’ailleurs, c’est à se demander pourquoi on en tente une seconde, puis une troisième et qu’on se laisse détruire à petit feu, alors que la première impression était la bonne : les cigarettes ne sont pas bonnes.

Il se trouve que la cigarette électronique peut aussi avoir des effets néfastes lors des premiers vapotages.

Certains utilisateurs se plaignent de maux de tête, de nausées et de vomissements. C’est une fois de plus lié à la nicotine.

Comme pour les cas de surdosage ou sous-dosage des patchs achetés pour un sevrage tabagique, le taux de nicotine présent dans les e-liquides a un impact sur votre organisme.

Si le dosage est trop important d’un coup, c’est le malaise assuré.

Si vous étiez fumeur et que le dosage est trop faible, comme pour les patchs nicotiniques, c’est le manque à coup sûr et l’impression qu’une cigarette vous ferait du bien. Ca explique pourquoi certains vapoteurs fument en même temps alors qu’ils ont tenté la ecig pour arrêter de fumer du tabac.

Ne vous laissez pas abuser par les arômes qui donnent un goût sympa. Ecoutez votre corps et suivez votre instuition !

Lorsque vous constatez des effets indésirables, réagissez sans attendre : soit limitez votre consommation, soit consultez un pharmacien, votre médecin ou un tabacologue qui sauront vous indiquer les bons dosages et vous aider dans l’arrêt de la cigarette.

Asthmatiques, allergiques, passez votre chemin…

vendredi, mars 28, 2014 @ 12:03
Patrick

Les allergiques aux pollens et personnes asthmatiques ont toujours su qu’il leur fallait éviter les endroits enfumés. La fumée est irritante et ils sont beaucoup trop sensibles à tout ce qui se trouve dans l’air.

Ce qu’ils n’avaient pas en tête c’est qu’après avoir gagné de nombreuses batailles contre les fumeurs en les poussant hors des lieux publics, ils auraient un nouveau combat à mener aussitôt.

En effet, les cigarettes électroniques sont nocives pour les personnes au système respiratoire sensible ou déficient.

La vapeur d’eau va dans les bronches et peut déclencher des crises d’asthme.

La nicotine est irritante et peut déclencher des crises d’allergies (yeux qui piquent, nez qui coulent, démangeaisons).

Forcément, avant, avec la fumée de cigarette on savait facilement repérer l’ennemi, mais maintenant il est quasiment invisible puisque « ce n’est que de l’eau ou de la vapeur »…

Si vous avez des enfants, que vous ne voulez pas leur pourrir la vie, ne vapotez pas en leur présence (et ne fumez pas non plus).

Si vous êtes sensible à l’air ambiant, en cas de pollution ou en temps normal, fuyez les vapoteurs en attendant qu’ils soient eux aussi boutés hors des lieux publics pour le bien être de ceux qui ne veulent pas céder à cette tentation purement commerciale et sans intérêt autre que de respirer des arômes et de la nicotine.

L’ecig est dangereuse pour vos lèvres !

jeudi, mars 27, 2014 @ 03:03
Patrick

On connaît tous le côté salissant des filtres des cigarettes classiques : ils jaunissent la peau des main et parfois les lèvres. Les cigarettes et la pipe, lorsqu’il se fument, contribuent également au jaunissement des dents. Mais à part ça, pas d’effet visuel spécifique (je passe sur le vieillissement de la peau, l’odeur, la fumée et les maladies induites).

Ce qu’on ne dit jamais pour la cigarette électronique, c’est qu’elle peut aussi être nocive pour vos lèvres ou gencives.

En effet, comme un paquet de clope (ou pire), la cigarette électronique traîne partout : dans vos poches, dans un sac à main, sur une table, mélangée à d’autres objets. Vous la prenez en main sans vous poser de question d’hygiène, alors que vous le feriez pour des couverts lorsque vous mangez.

Certaines personnes constatent qu’elles ont des boutons ou de légères infections lorsqu’elles vapotent. Et bien c’est normal : c’est lié au microbes et bactéries qui nous environnent et passent dans votre organisme par contact avec l’embout de la cigarette.

On l’avait déjà démontré pour les téléphones portables, ces nids à germes, et bien la cigarette électronique l’est aussi, pour les mêmes raisons.

Alors si vous décidez de vapoter plutôt que de fumer, pensez à nettoyer l’embout que vous mettez en bouche, ne prêtez pas votre cigarette électronique et ne la laissez pas traîner sur une table ou un comptoir de bar ou vous vous exposez à des transferts de bestioles qui peuvent vous provoquer des boutons dans le meilleur des cas.

Le mieux reste de toute façon de ne pas fumer et de ne pas vapoter, résister à l’effet de mode, au côté cool et festif que la cigarette électronique représente désormais, et surtout rester sain dans son corps et sa tête en pratiquant une activité sportive régulière et en équilibrant ses repas au maximum.

Le Grand 8 de D8 parle de la cigarette électronique

mercredi, mars 26, 2014 @ 11:03
Patrick
Peut-être à la bourre, mais en tout cas en vitesse, Le Grand 8 d’aujourd’hui a donc fait un reportage sur la cigarette électronique auprès de lycéens pour enchainer avec un tour de plateau. Je m’attendais à plus, mais les avis des chroniqueurs ont balayé ce qui se dit le plus dans la population générale.
Laurence Ferrari a commencé par dire qu’elle avait arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique il y a un an, mais a-t-elle arrêté la cigarette électronique depuis ?
Du reportage, je ressors juste une phrase dite par un lycéen et qui veut tout dire : « vapoter c’est marrant ».
Et oui, « vapoter c’est marrant »…
Les médias ont donc réussi en moins de deux ans, gratuitement, ce que les cigaretiers ont mis des années et des millions de dollars à faire passer pour les clopes dans les années 50 et 60.
La cigarette électronique est donc un truc banal et fun. Le mal est fait.
Je souhaite bon courage aux parents de ces enfants de moins de 17 ans qui sont 19% à avoir essayé de vapoter au moins une fois. Surtout quand on considère que les ecig en France sont à 97% à la nicotine, donc addictives ! De la drogue, en vente libre, qui joue sur les neurotransmetteurs du consommateur et des gens qui l’entourent puisque la vapeur rejetée contient aussi de la nicotine.
La vente des cigarettes électroniques est désormais interdite aux mineurs, ce qui n’empêche pas les buralistes ou « magasins spécialisés » qui ont fleuri partout en France d’en vendre sans aucune vérification de l’âge de leurs clients. Pas grave car il n’y a pas de contrôles ou qu’ils ne sont pas médiatisés.
En gros, ce qui ressort de cette séquence, du reportage et de ce qui a été dit reste du bon sens : il faudrait appliquer la loi et faire en sorte que les cigarettes électroniques (dont on ne connait pas encore les effets à long terme) soient interdites dans les lieux public au même titre que les cigarettes afin de protéger les non vapoteurs des substances qu’elles contiennent (en premier lieu la nicotine).
Ce qui ressort aussi, c’est qu’effectivement la cigarette électronique est un bon moyen pour arrêter de fumer, à condition d’arrêter ensuite la cigarette électronique.

Débat sur la cigarette électronique sur Direct 8

mercredi, mars 26, 2014 @ 10:03
Patrick

Et voilà: j’allume la télé exceptionnellement pour manger et tombe sur Le Grand 8 sur D8. Sujet du moment « la cigarette électronique incite-t-elle les jeunes à fumer ».

Vais voir si c’est intéressant et vous dis ça après.

Et si nous parlions de blondes ?

samedi, mars 8, 2014 @ 09:03
Patrick

En ce 8 mars 2014, Journée de la Femme, c’est l’occasion pour moi de parler des blondes…

Non, pas ces plantureuses créatures aux cheveux dorés qui hantent les publicités, jouant les cruches pour faire passer la pilule de messages commerciaux enjolivés, ventant les mérites de produits pas chers ou d’assurances inutiles (jusqu’au jour où on en a besoin).

Je veux parler des cigarettes qui ont fait les beaux jours de l’après guerre.

C’est en effet après la seconde guerre mondiale que la consommation de tabac a été rendue sexy par les films américains et les (forcément) beaux militaires libérateurs. Objet de plaisir pour certain(e)s, arme de séduction massive pour d’autres, la cigarette américaine, comme on l’appelait à l’époque, s’est propagée au rythme des libérations de villes européennes.

Dans les années 60 les premières études démontrant l’effet nocif de la cigarette sur la santé sont tombées, démontrant déjà à l’époque l’explosion des cancers.

Et c’est une femme, Simone Veil, qui a lancé la contre offensive, marquant les début de la lutte contre le tabagisme en faisant inscrire la mention « abus dangereux » sur les paquets de cigarettes.

Alors en cette Journée de la Femme, rendons hommage à cette femme de pouvoir qui s’est une fois de plus illustrée pour le bien commun dans l’exercice de ses fonctions.